top of page

Créer une entreprise en Guyane : L'expérience de Grégory rentré au pays !

Créer une entreprise en Guyane aprà¨s avoir vécu 11 ans dans l'hexagone, voilà  le pari réussi de Grégory ! Le jeune guyanais avait pourtant commencé une carrià¨re dans la grande distribution en France hexagonale avant de se décider pour un "retour au pays en Guyane". 

Néà  Cayenne, ayant grandià  Remire-Montjoly, Grégory nous raconte son expérience dans notre Caribexpat Live spécial "(re) venir vivre en Guyane : les clés pour créer son entreprise". Grégory évoque égalementà  quel point l'association Réseau Entreprendre Guyane l'a aidé dans son parcours de création de l'entreprise AXEO Services Guyane.

Quel a été l'élément déclencheur de ton retour en Guyane ?

L'élément déclencheur de mon retour en Guyane, c'était les mouvements de grà¨ve de 2017. A ce moment-là , j'étais en métropole. Le constat, c'était qu'il y avait un manque de structure et d'aide. Je me suis dit €œ hé bien, pourquoi pas ?€. Pourquoi ne pas revenir en Guyane pour pouvoir développer une société et faire profiter la Guyane de mes expériences et mon savoir-faire ? On parle souvent de la fuite des cerveaux. En l'occurrence,  j'ai pris cela comme une opportunité pour créer une entreprise en Guyane et proposer un service nouveau.

Comment t€™es-tu préparé pour revenir en Guyane ?

Dans un premier temps, je suis revenu en vacances avec ma compagne qui est originaire de l'Hexagone. Il y a eu ce constat, aprà¨s les mouvements , d'un manque de service et d'un potentiel, qui est même toujours présent en Guyane. On a été au salon de la Franchiseà  Paris afin de chercher l'accompagnement d'un franchiseur pour développer un concept qui n'existait pas forcément en Guyane.Çà a a d'abord été une prise de conscience. Une fois que la décision a été arrêtée, j'en ai parléà  mon employeur. J'avais un posteà  responsabilité. Je ne pouvais pas partir du jour au lendemain. J'ai dà» démissionner. On a accompagné mon départ et aprà¨s, on a préparé le retour en Guyane.

Est-ce que tu peux nous parler davantage d'AXEO Services ? Qu€™est-ce que vous proposez ?

AXEO Services Guyane, propose divers servicesà  la personne : du ménage, du jardinage, du bricolage, de la garde d'enfants€¦ En tout, il y a 26 services pour les particuliers et les professionnels. Nous avons d'abord développé les services aux particuliers avant de s'ouvrir aux professionnels. L'avantage, c'est qu€™on a plusieurs cordesà  notre arc. AXEO Services est une franchise. Il y a 250 agences dan s l'hexagone. N ous sommes titulaires de la  franchise pour la Guyane.

Avez-vous des employés ou faîtes-vous appelà  des sous-traitants dans les secteurs que vous couvrez ?

J'ai fait le choix d'avoir mes employés pour maîtriser la qualité des prestations, le management et les procédures internes. Sur certains domaines qu'on ne couvre pas et qui ne sont pas couverts par la déduction d'impôts, je délà¨gue celaà  d'autres confrà¨res qui ont des sociétés spécialisées. Mais la plupart du temps, ce sont mes salariés.

Est-ce queàça a été simple de recruter en Guyane ?

L'avantage, c'est qu'il n'y a pas forcément de formation précise. Nous sommes sur des métiers comme l'espace vert et le ménage. Parfois c'est même mieux que nous puissions faire notre formation par rapportà  la société. Ce sont des secteurs qui sont diplômants. Je pense que la problématique de recrutement est pareille partout. Il faut trouver des personnes de bonne volonté qui ont envie de travailler. Nous les accompagnons pour pouvoir les former et pour qu'elles soientà  l'image d'AXEO Services Guyane.

Comment la population sur place a-t-elle accueilli votre projet ?

Le projet a été trà¨s bien accueilli. Quand on a ouvert, on a distribué plus de 23 000 flyers et fait des campagnes de publicité. On s'est vraiment fait connaître pour avoir des contacts et commencerà  travailler. Aprà¨s, c'est la qualité de la prestation qui fait que l€™on est apprécié ou pas. Finalement, on n€™a même plus besoin de communiquer, c'est le boucheà  oreille qui fait la suite. 

Est-ce qu'AXEO Services Guyane couvre tout le territoire ?

Non. Aujourd'hui on ne peut pas couvrir tout le territoire. Nous sommes surtout sur l'île de Cayenne. Il faut d'abord s'enraciner sur ce qu'on sait faire de bienà  proximité, avant d'ouvrir des antennes un peu partout. On a fait ce choix de s'enraciner, de se développer et d'arriver au bout de ce qu'on peut faire sur l'île de Cayenne età  Kourou. Notre quotidien nous montre qu'on est loin d'être au bout.

Donc le premier mois, combien de chiffres d'affaires avez-vous fait ?

Nous avons fait 500 euros et le mois d'aprà¨s on étaità  5000 euros ! La progression a été fulgurante. On a enchaîné. Aujourd'hui, nous sommes une quarantaine de salariés. Nous sommes devenus une plus grande structure. Nous nous sommes encadrés avec des chefs de secteurs. En 5 ans, avoir une telle progression€¦ Je dis merci Seigneur parce que  je ne m'y attendais pas. Même la franchise nous a appelé pour nous dire €œqu'est-ce que vous faites ?€, €œVousêtes beaucoup plus nombreux que prévu !€.Çà a a vraiment bien marché pour moi.

Lorsqu'on fait appelà  AXEO Services, on a une réduction d'impôts,  il me semble ?

Effectivement, c'est vraiment le plus grand avantage. Quel que soit le montant que l'on dépense, il y a 50% qui sont déductibles des impôts. J€™aime bien prendre cet exemple : si on dépense 100 euros par mois dans le ménage,àça fait 1200 par an. C'est quand même 600 euros qui sont déduits des impôts, ce qui n'est pas négligeable. 

Quel justificatifà  fournir pour bénéficier de la réduction d'impôts ?

C'est une attestation fiscale que le prestataire fournità  la fin de l'année. Aprà¨s, dans les impôts de l'année prochaine, il faut cocher une case pour queàçà  soit déduit automatiquement des impôts. 

Pourquoi avoir choisi de créer une entreprise en Guyane au lieu de simplement postulerà  des offres d'emploi en Guyane ?

Effectivement, j'ai vraiment eu le choix puisque j'ai eu des offres d'emploi en Guyane dans la grande distribution. Depuis tout petit, je savais que j'allais créer une société. Je ne savais pas dans quoi ni oùetà  quel moment mais j'avais déjà  cette volonté d'entrepreneuriat. On a envie d'êtreà  son propre compte, de donner des heures pour son propre compte. Dans la grande distribution,  j'avais déjà  été bien formé puisque je travaillais 90 heures par semaine parfois. Quitteà  faire autant d'heures, autant les faire pour moi. Je me rends même compte que finalement en gérant ma société, je travaille moins d'heures que quand j'étais salarié.

Tu es rentré avec ta compagne qui, elle, n'est pas originaire de Guyane. Commentàça s'est passé pour vous au début ?

Au début, il y a vraiment un grand saut dans le vide. Il  y a la volonté de créer une entreprise en Guyane sur un nouveau marché, en plus du fait que moi je connaissais la Guyane mais pa s ma compagne. En 11 ans passés en métropole, la Guyane a quand même changé. Donc il faut reprendre ses repà¨res. Les premià¨res semaines, il faut se mettre au travail, commencer le business plan. Nou s avons démarré en amont mais effectivement, il y a le choc culturel. Il y a des choses que l'on souhaite qui ne se font pas assez viteà  notre goà»t. Quand on est entrepreneur et qu'on a l'habitude de travailler,àça nous paraît interminable. En plus, ma compagne a dà» s'adapterà  ce nouveau mode de vie, ces nouvelles contraintes. Nou s avons surmonté toutàça etàça nous a rendu plus forts. Au moment oùla société a ouvert, on s'est dit : €œTout est dans nos mains. On nous a ouvert la porte et bien, il faut y allerà  fond !€.

Commentàça s'est passé, au niveau du financement ? 

Au niveau du financement,àça a été trà¨s compliqué. Nous avons sollicité beaucoup de banques. Aprà¨s, nous avons commencéà  avoir les premiers retours négatifs. C'est là  oùle Réseau Entreprendre Guyane nous a vraiment aidé.  <...> Parce que ce sont quand même de grosses entreprises de Guyane qui nous accompagnent, qui discutent de notre projet et nous confortent dans notre position ou nous montrent les points faiblesà  travailler. Eh bien,àça a beaucoup plus de valeur que l'aspect financier. Ce rapport de confiance entre la banque, le Réseau Entreprendre Guyane et les porteurs de projets fait que le financier n€™est plus un gros problà¨me. 

Que penses-tu de l'accompagnement de Réseau Entreprendre Guyane ? Si c'étaità  refaire, aurais-tu procédé de la même faàçon ?

Si c'étaità  refaire, j'aurais procédé de la même faàçon.Çà a a été vraiment une aide au début, au moins pour parler du projet, et dans la continuité. Quand on est tout seul dans un projet et surtout avec du management, on n'a pas forcément la bonne position vis-à -vis des employés. Il faut qu'on puisse échanger sur nos problématiques. Avec les clubs de lauréats, nous parlons de toutes ces problématiques. En plus, nous abordons un thà¨me qui peut nous aider dans notre quotidien comme la comptabilité, la défiscalisation ou la posture du chef d'entreprise. Il faut bien prendre ce temps puisqu'en ayant la tête dans le guidon, on finit dans le mur. Il faut un peu lever les yeuxà  un moment. Je pense que l'accompagnement financier est important,àça nous a bien aidé.  Comme je disais sur 6à  7 banques contactées, on a eu un seul accord. Aprà¨s, l'accompagnement humain sur le projet est important.

Et vous ? Prêt·e·sà  sauter le pas et créer une entreprise en Guyane comme solution pour (re) venir y vivre ? Partagez votre avis en commentaire !

Revoir le Caribexpat Live Spécial "(re) venir vivre en Guyane : les clés pour créer son entreprise" https://www.youtube.com/watch?v=gBImMHNS1Mc Plus d'infos sur les intervenants de ce Caribexpat Live :

Posts récents

Voir tout

Retour en Guyane : L'expérience de Chrislà¨ne

Un retour au pays en Guyane, commentàça se passe ? De retour en Guyane en 2019 aprà¨s avoir vécu plusieurs années en dehors de son territoire d'origine, notamment au Sénégal, Chrislà¨ne n'avait pourta

留言


bottom of page