top of page

Portrait | Clio de la Martinique au Mexique


Parmi les antillaisà  l'étranger présents au Forum de la Diaspora organisé en Martinique en décembre 2013, j€™ai rencontré Clio. Elle aussi a l€™international dans la peau. De la République Tchà¨que au Mexique, en passant par le Brésil, elle partage son expérience avec vous en direct de Mexico oùelle vit maintenant depuis presque 3 ans. Vous partez là -bas en vacances ou pour travailler ? N'hésitez pasà  lui poser vos questions ou laisser des commentairesà  la fin de l'article ! Elle se fera un plaisir de vous répondre comme tous les autres expatriés du blog.

Tu as vécu en République Tchà¨que, au Brésil et maintenant tu es au Mexique. D€™oùte vient ce goà»t pour l€™international ?

Oui, j€™ai vécu 6 mois au Brésil, 1 an en République Tchà¨que et je commence ma 3à¨me année au Mexique. C€™est tout au long des expériences que j€™ai pu vivre en école de commerce que j€™ai su que je voulais travailléà  l€™international. C€™est intéressant d€™aller en France mais comme nous sommes issus d€™un environnement caribéen, c€™est toujours bien de voir ce qui se passe ailleurs. J€™avais envie de connaître d€™autres cultures, d€™apprendre d€™autres langues et de m€™ouvrir l€™esprit pour revenir chez moi et mettre ce bagageà  disposition des entreprises martiniquaises.

Tu travailles chez un des grands équipementiers automobiles mondiaux. Que fais-tu au quotidien ?

Je suis acheteur projet et je travaille avec une équipe d€™ingénieurs. Ma mission consisteà  trouver les fournisseurs capables de réaliser des pià¨ces automobiles selon les crità¨res fixés par l'entreprise dans laquelle je suis en terme de qualité, prix et délais de fabrication. Je travaille avec des Américains, des Allemands, des Tchà¨ques, des Franàçais, des Mexicains, des Chinois et parfois des Thaà¯landais. Je parle l€™Espagnol avec les Mexicains, et l'Anglais avec les autres. Ces cultures sont totalement différentes mais quand on a la goà»t du voyage on sait qu€™on arrive jamais en terre conquise. Il ne faut pas essayer d€™imposer son point de vue mais plutot d€™adapter son approche en fonction de la nationalité. Ce qui m€™anime dans ce  métier, c€™est la précision, la pression, la réactivité. Dans le milieu de l€™automobile une minute d€™arrêt une minute d€™arrêt sur la chaîne du client coà»te des milliers de dollars !


Comment parles-tu de tonîle natale à  tes amis mexicains ?

Au quotidien, je me sens vraiment ambassadrice de la Martinique même si je suis incognito ici ! Je milite vraiment pour que les gens viennent voir notreîle car je l€™aime énormément, à  chaque fois que j€™y retourne je suis émerveillée par ce que je vois. J€™ai distribué le guide Martinique 2014 chez mes voisins età  mes collà¨gues ! J€™ai même planifié le voyage d€™un ami qui partait en Martinique ! L€™image que les Mexicains ont de la Martiniqueà  travers moi, c€™est la bonne humeur, la joie, le punch ! Quand je dis aux Mexicains que la Martinique est dans la Caraà¯be, que c€™est commeà  Playa del Carmen ouà  Cancun, leurs yeux brillent ! Ils me répondent : "quand est-ce-que tu rentres pour qu€™on puisse venir visiter ?"

Comment se passe la vie au Mexique et combien de temps penses-tu rester ici ? 

C€™est un pays magnifiqueà  visiter oùil est facile de s'intégrer, mais ce n€™est pas ma culture et je ne me vois pas y rester. Le coà»t de la vie est trà¨s abordable, surtout quand on a un salaire franàçais mais la sécurité est un vrai sujet. Sans tomber dans la paranoà¯a il faut vraiment faire attention. Comme tous les Franàçais que je connais, j€™habite dans une résidence sécurisée. Au travail nous avons des conférences sur la sécurité. Il est aussi déconseillé de prendre les transports en commun donc j€™utilise ma voiture la plupart du temps. Les Mexicains ont davantage peur des enlà¨vements et des demandes de ranàçon que des homicides. Les risques les plus importants pour les étrangers sont les agressions (par exemple pour un téléphone mobile ou de l€™argent), car ils n'ont pas de famille au Mexique généralement.  Il y a aussi la question de la qualité de vie. Mexico City fait partie du Top 10 des villes les plus polluées du monde et c€™est aussi l'une des plus peuplées avec 9 millions d'habitants. Toluca, la ville oùje vis, est situéeà  45 minutes de la capitale. Elle compte un peu plus de 1 million d€™habitants. Elle està  3000 mà¨tres d€™altitude et c€™est également trà¨s pollué. Par exemple on ne peut pas vraiment faire du sport car on a vite du malà  respirer du fait de l€™alliance altitude/pollution. C€™est une ville industrielle oùon trouve beaucoup d'entreprises comme Chrysler, Nissan, Sanofi, Bayer, Nestlé... Travailler au Mexique pendant 3 ans, c€™est une trà¨s bonne expérience au niveau professionnel mais je n€™envisage pas une plus longue période.

Selon toi, quelles seraient les opportunités d€™échanges entre la Martinique et le Mexique ?

Il y a une dynamique au niveau de la Caraà¯be, notamment avec l'AEC*. Des discussions sont en cours et la Martinique devrait en faire partie également ce mois-ci ! Etant uneîle franàçaise dans un environnement hispanophone et anglophone, il y a beaucoup de possibilités d€™échanges au niveau des universités par exemple. Il y a aussi des opportunités pour les entrepreneurs Martiniquais s'ils trouvent le bon produit  ou serviceà  proposer. Le Mexique est un marché de 115 millions d€™habitants ! Je pense pouvoir aider dans ce sens car je connais le marché mexicain, puisque j€™y vis depuis bientôt 3 ans.

*AEC : l'Association desà‰tats de la Caraà¯be a été créée en 1994. Elle compte 25 états membres et  3 membres associés. Son objectif est promouvoir la coopération dans tous les pays de la Caraà¯be. La Martinique et la Guadeloupe en seront membres également en avril 2014 ! Site de l'AEC http://www.acs-aec.org/

Rédaction : Doris Nol pour Caribexpat.com

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page