top of page

Portrait | Doris Nol de la Martinique au Brésil

A l€™occasion du lancement Caribexpat.com , je partage mon expérience au Brésil car c'est aussi ce qui m'a motivéà  créer ce blog ! Je suis partie 3 mois là -bas en 2012 et j€™ai été assistante de communication volontaire dans une ONG, le Fundo Brasil de Direitos Humanos. Géolocalisez-vous en ligne pour rejoindre la communauté des antillais dans le monde !

1. Pourquoi le Brésil ?

Mon intérêt pour ce pays date de 2005, lorsque j€™ai commencé des cours de danse brésilienne et de capoeira en Martinique. Ensuite, j€™ai pris des cours de portugais en option pendant ma licence et je suis partie avec ma promotion en mission économiqueà  Salvador de Bahia en 2006. Septembre 2008, destination Lille, pour poursuivre un Master en communication. Cependant j€™ai continuéà  pratiquer mes loisirs dans d'autres associations. Passionnée de langues étrangà¨res et de voyages, j€™ai voulu aller au delà  des simples loisirs pour vivre une expérience professionnelle là -bas et aussi acquérir un niveau courant en Portugais. D€™autant plus que le pays fait beaucoup parler de lui tant au niveau culturel qu€™économique et attire beaucoup d€™investisseurs étrangers malgré la crise.En 2012, aprà¨s la fin de mon CDDà  Paris dans une entreprise spécialiste des technologies pour les professionnels du tourisme, je décide de me lancer età  moi le Brésil !

2. Comment ai-je trouvé une mission de volontaire ?

Il faut du temps, de la volonté et des économies ! Si on veut vraiment vivre sa passion, il faut s€™en donner les moyens, s€™investir et garder sa motivation et son courage, ce qui n€™est pas forcément évident lorsqu€™on est loin de la famille et des amis. J€™ai commencé mes recherches en octobre 2011. J€™ai rassemblé toutes les informations que j€™ai pu trouver sur les entreprises franàçaises basées au Brésil et j€™ai envoyé plusieurs candidatures. C'est le parcours du combattant car il n€™y a pas d€™accords entre la France et le Brésilà  l'image du permis vacances-travail bien connu pour l€™Australie, le Canada ou l€™Argentine. Fin janvier 2012, j€™ obtiens une 1à¨re réponse concrà¨te, pour une mission d'assistante de communication volontaire dans une ONG. Nous avons passé l€™entretien par skype, ensuite je suis arrivéeà  Rio de Janeiro puisà  Sà£o Paulo et je commenàçais comme assistante de communication digitale au Fundo Brasil de Direitos Humanos ! L'ONG s€™occupe de collecter des fonds pour fournir un appui financierà  des projets de développements de petites associations autour des droits de l€™homme. Depuis sa création en 2005, l€™ONG a déjà  soutenu de nombreux projets dans tout le Brésil portant sur le droit des femmes, les problématiques des communautés indigà¨nes ou encore des habitants de Quilombos€¦vous pouvez faire un tour sur leur site web pour en savoir plus (il est aussi en anglais).

3. En quoi consistait ma mission au quotidien et comment s€™est-elle déroulée ?

J'ai été bien accueillie par Débora l€™assistante de communication qui m'a fait passé l'entretien par skype ainsi que toute l€™équipe de l'ONG. Aprà¨s une présentation rapide et un brief sur la mission, j€™ai compris que j€™étais arrivée au bon moment : le Fundo Brasil se lanàçait dans la refonte de son site web ! Aprà¨s mon expérience en communication digitaleà  Paris et mon bon niveau de portugais, j€™ai vite pris mes repà¨res. Ma mission principale consistaità  mettreà  jour le contenu du nouveau site internet, réaliser la traduction des articles du portugaisà  l€™anglais, suivre le projet et régler les dysfonctionnements avec l€™agence de communication. J€™étais un peu hésitante parfois, malgré un bon niveau de langue, il faut s€™habituerà  lire les termes techniques età  utiliser les logiciels classiques (par exemple word, power point etc€¦) en portugais ! On travaille un peu moins vite au début, mais il suffit d€™avoir de la bonne volonté et de s€™investir. L€™ONG n'avait pas les moyens de ma rémunérer mais prenait en charge une partie de mes frais sur place, ce qui était trà¨s bien car il faut savoir qu€™à  Sà£o Paulo il n€™y a pas de systà¨me d€™abonnement illimité comme on retrouve dans les grandes villes d€™Europe. Que ce soit pour le bus ou le métro, il faut payerà  chaque déplacement l€™équivalent d'1,60€à  peu prà¨s...bref le coà»t de la vie reste assez élevé ! J'espà¨re qu'il y aura du changement avec les grà¨ves en ce moment...

4. Que dire des Brésiliens ?

En parallà¨le du bénévolat, j€™ai rencontré pas mal de voyageurs étrangers et de brésiliens. Ils sont trà¨s spontanés, ouverts et enthousiastes ! D€™ailleurs, j€™ai loué une chambre dans le centre-ville de Sà£o Paulo chez une brésilienne rencontrée sur www.airbnb.com. Nous nous connaissionsà  peine et pourtant elle m€™a invitéeà  une soirée chez un de ses amis dà¨s le 1er jour de mon arrivée ! Chose complà¨tement improbable : j€™ai même rencontré l€™ancien footballeur Ronaldo en personneà  cette soirée ! Elle fait partie des personnes sympathiques, dynamiques et ambitieuses que j€™ai rencontrées durant mon séjour. Celles qui ont rendu mon expérience en solitaire plus agréable et avec qui je maintiens le contact encore aujourd'hui !

5. Quel bilan tirer de cette expérience ?

Ce fut une expérience plutôt courte (3 mois,à  cause des contraintes de visa) mais trà¨s enrichissante et satisfaisante pour l€™équipe du Fundo Brasil et moi-même. A la fin de ma ma mission j€™ai eu droità  une référence sur mon profil linkedin, un bonus que j'ai beaucoup apprécié de la part de l'équipe !Malgré mes recherches, je n€™ai pas atteint mon objectif le plus ambitieux qui était de trouver un posteà  plein temps pour solliciter un visa de travail (il faut se faire "sponsoriser" par l'entreprise pour cela) et rester plus longtemps. Mais je reste positive et je me dis que je l€™ai atteint en parti : j€™ai eu une expérience professionnelle valorisante là -bas et je parle le portugais couramment. Quand je vois les obstacles auxquels on doit faire face, l'argent et l'énergie investis, je me dis que ce n'est pas mal comme résultat !

6. Quels ont été mes meilleurs souvenirs ?

  1. Décrocher une mission de volontaire en communication par skype ! Généralement les ONG ou associations proposent des missions liéesà  la santé, l€™éducation d€™enfants défavorisés, l€™environnement et l€™écologie, ou simplement la garde d€™enfants. Je ne voulais absolument pas tomber dans ce cliché mais plutôt proposer mes compétences en communication et langues étrangà¨res.

  2. Rencontrer Ronaldo, voir le Corcovado, les Lenàçà³is Maranhenses, le Carnaval de Rio de Janeiro, les Chutes d€™Iguaàçu, et visiter la ville d€™Ouro Preto (état du Minas Gerais)...parce qu'à  côté de la mission j'ai quand même bien profité du pays. Et oui ! Autant rentabiliser le prix du billet d'avion et la durée du séjour au maximum quand même !

  3. Assister au concert d€™Ivete Sangaloà  Sà£o Luis (état du Maranhà£o).Pendant que je visitais cette ville, j€™ai appris qu€™elle y était aussi de passage au tout dernier moment ! C'est le genre d'occasionà  ne pas manquer, elle ne vient pas si souvent en Europe ! J€™ai dà» y aller toute seule car je n€™avais personne pour m€™accompagner au début. J€™ai fini par rencontrer d€™autres Brésiliens devant le lieu de l€™événement, fans inconditionnels d€™Ivete qui avaient pris l'avion depuis Bélem (état du Parà¡) spécialement pour son concert et qui assistaientà  tous ses concerts au Brésil toute l€™année d€™ailleurs ! En bons Brésiliens spontanés comme ils sont, ils m'ont proposé de me joindreà  eux pour le concert ! Nous nous sommes bien amusés d€™autant plus que la marque Schin qui a choisi la chanteuse comme égérie, sponsorisait son concert en fournissant toutes les boissons gratuitement !

  4. Déguster la cuisine brésilienne : comida mineira, torta de maracujà¡ ou la feijoada avec son farofa (ce mélange de farine de manioc et d€™autres ingrédients que j€™apprécie particulià¨rement)...je ne m'en suis pas lassée et j'ai ramené quelques recettes que je fais découvrirà  mes amis jusqu'à  maintenant !

7. Quels ont été mes pires souvenirs ?

Il y a beaucoup d€™idées reàçues sur le Brésil (violence, pauvreté...) je considà¨re que ce n'est pas plus dangereux queàçà  (ou certains diront que j€™ai eu de la chance) car mon séjour s€™est bien passé dans son ensemble. Il suffit d'un peu de bon sens comme partout. Seul point négatif : le vol de mon ordinateur et de mon disque dur oùje stockais mes documents, mes recherches et toutes mes photos de voyages ! Mais là  j'avoue que j'ai eu une chance incroyable ! Les voleurs l€™ont apparemment ramenéà  l€™endroit oùj€™avais loué une chambre lors de ma visite dans l€™état du Maranhà£o oùils l€™ont volé (je soupàçonne plutôt que le propriétaire était impliqué, des voleurs sympathiquesàçà  n'existent pas, mais enfin€¦). A force d€™insistance et en payant tout de même des frais presque décourageants pour me faire livrer mon propre ordinateur volé, j€™ai pu le faire envoyer par colis chez la sÅ“ur d€™une amieà  Belo Horizonte et plusieurs semaines plus tard, elle me la rendu lors de sa visiteà  Paris ! Bien sà»r il était vide, j€™avais perdu toutes mes données mais au moins je l'avais retrouvé, je pouvais reprendre ma recherche d€™emploià  Paris et je n€™avais pasà  en racheter un autre !

8. Et si c€™étaità  refaire€¦

Si c€™étaità  refaire (et j'aimerais bien repartir d'ailleurs), je trouverais un moyen de rester plus longtemps et j€™élargirais davantage mon réseau en rencontrant plus de Franàçais déjà  installés. En tant que touriste, un étranger ne peut rester que 3 mois dans le pays depuis le changement de la loi en fin 2011, alors qu€™avant il était possible de sortir du Brésil et de prolonger son autorisation pour 3 mois supplémentaires. Depuis mon retour en France en Avril 2012, je continueà  me documenter et chercher des opportunités. J€™ai récemment trouvé un blog trà¨s bien fait, mylittlebrazil.com.br (malheureusement je ne l€™ai pas trouvé plus tôt, cela m€™aurait beaucoup aidé dans mes recherches) et pratique pour faire du networking, trouver des employeurs potentiels, et postulerà  des offres d€™emplois.

9. Le mot de la fin

Ne rêvez plus votre vie, vivez vos rêves !

10. Umas dicas para os leitores de Caribexpat.com (quelques conseils et astuces pour les lecteurs de Caribexpat)

Si vous le pouvez, faîtes un numéro CPF avant de partir (il n'est pas obligatoire d'être sur place pour le faire),àçà  vous facilitera la vie, sachant qu'il est obligatoire pour de nombreuses choses (achat de billets de bus sur internet, réponses aux offres d'emplois...). Voici quelques liens rassemblés au cours de mes recherches et qui me sont toujours utiles aujourd€™hui. Je n€™ai pas mis tous les liens, la liste serait trop longue ! Cependant, en attendant de vivre votre expérience (et de la partager également sur ce blog siàçà  vous tente) je vous inviteà  retrouver quelques photos de la mienne sur la page facebook. Emplois, networking, actualités :Maison des Franàçais de l€™EtrangerVisas et Consulat Général du Brésilà  ParisAccueil francophoneà  RioActualitésPetites annonces du portail du Brésil en FranceSite d€™offre d€™emploiLiens de l€™APEC sur l€™emploi au BrésilTravailler durant les Jeux Olympiques de Rio 2016Fundo Brasil de Direitos HumanosONG ConectasWSPAAlliances franàçaises au BrésilBlog www.mylittlebrazil.com.br Langue portugaise :ConjugaisonDictionnaireBrasilescolaHébergement :Location chez l€™habitantAutre site de location chez l€™habitantAuberges de jeunesseCouchsurfingTourisme :Assister au Carnaval de Rio (Certains prix vous choqueront sà»rement maisàçà  vaut le coup !)Incontournablesà  Sà£o PauloParque dos LenàçoisChutes d€™IguaàçuRédaction : Doris Nol pour Caribexpat.com

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page