top of page

Retour au pays en Guadeloupe aprà¨s une expatriation : l'expérience de Nadà¨ge

Le retour au pays en Guadeloupe aprà¨s une expatriation... Est-ce si simple ? Nadà¨ge est l'auteure du livre "C'est décidé, je rentre en Guadeloupe ! Et, rien ne l'empêchera !" paru en 2021. Son parcours d'étude et ses expériences professionnelles s'étendent de la Jamaà¯queà  la République Dominicaine en passant par Trinidad et la France hexagonale. Nadà¨ge vit aujourd'hui en Guadeloupe. Son chemin n'a pas été simple. C'est sa détermination qui lui permet de persévérer sur son territoire d'origine.   Dans notre Caribexpat Live spécial "Retour au pays en Guadeloupe : comment faire ?", elle nous raconte son parcours et vous donne des conseils pour réussir votre retour au pays en Guadeloupe. Caribexpat vous aide égalementà  tout planifier pour votre déménagement vers les Antilles franàçaises, la France hexagonale ouà  l€™international grceà  nos experts qui vous accompagnent sur place !

Quel a été ton parcours en dehors de la Guadeloupe ?

J'ai deux masters 2 en coopération internationale.à€ l'issue du premier, j'ai fait un stage au Service de Coopération et d'Action Culturelle de l'ambassade de Franceà  Trinidad. Par la suite, j'ai travaillé dans un cabinet d€™avocat d€™affaires internationalesà  Paris. Ensuite, grceà  mon parcours associatif, j'ai eu l'occasion de mener des actions en Jamaà¯que, au Belize... Aprà¨s, j'ai travailléà  l€™ambassade de France en République Dominicaine pour le compte de la collectivité régionale de Guadeloupe. Je suis de retour en Guadeloupe depuis 2015.

Quel a été le déclic pour ton retour au pays en Guadeloupe ?

J€™avais une opportunité de rester en République Dominicaineà  la fin de ma mission. Mais en grande amoureuse de la Guadeloupe que je suis, je me suis dit : tu trouveras du travail trà¨s facilementà  ton retour car on te surnommait l€™ambassadrice de la Guadeloupe en République Dominicaine. Je me suis dit que je rentrerai et que je trouverai du travail facilement, ce qui n€™a pas été le cas.

Quelle stratégie as-tu mise en place pour ton retour en Guadeloupe ?

La chose qui m'importait, c'était d'être insérée professionnellement et d'apporter les connaissances que j€™avais acquisesà  la Guadeloupe. Je n'avais pas vraiment de stratégie mais j'étais nourrie d€™une conviction qui me disait queàça irait. Ma particularité, c'est que mon diplôme est complà¨tement généraliste. Quand je dis que €œje fais de la coopération€, ce n€™est pas trà¨s palpable. Il a fallu montrer aux employeurs ce que je savais faire sur le terrain. En faisant des actions de coopération via le milieu associatif,àça m'a permis de faire du concret.

Comment as-tu abordé la transition que représente le retour en Guadeloupe ?

Au début, j€™ai frappéà  toutes les portes possibles en me disant €œavec un parcours comme le mien,àça sera simple€. Je pensais que je devais absolument postuler partout. Essuyant plusieurs refus, j€™ai pris du recul pour réfléchir pendant 2 ans.Çà a m'a permis de faire beaucoup d'expériences et de rencontres associatives. Je me suis rendue compte de l€™accà¨s difficileà  l€™emploi en Guadeloupe. J€™ai fait faceà  une réalité : la précarité quand on rentre au pays en Guadeloupe. La transition n'a pas été simple mais elle a été trà¨s formatrice. Je me dit que €œce qui ne tue pas, rend plus fort€. J€™encourage ceux qui veulent rentrerà  faire ce pas. 

Comment faire pour trouver un logement en Guadeloupe ?

Pour le logement, on peut faire les demandes de bailleurs sociaux même en étant toujoursà  l€™extérieur du territoire. Sinon, contactez Mobility Outre-Mer si vous avez un contrat avant de partir.

Que faire quand l'employeur vous dit que vousêtes €œsurdiplôm逝 ? 

àŠtre surdiplômé, c€™est comme si c€™était un fardeau. Nous sommes confrontésà  des personnes qui n€™ont pas les mêmes compétences que nous et qui se sentent parfois frustrées en voyant notre parcours. Elles savent qu€™elles peuvent vous faire confiance mais il y a une espà¨ce de frustration qui s€™installe. En terme de stratégie, chercher du travail depuis la France, oui, pourquoi pas. Il faut faire valoir le fait que vous avez les compétences qu€™il faut pour pouvoir prendre un poste. Nos compétences font qu€™on peut voir les choses différemment. C€™est vrai que certaines structures ont du malà  accepter le changement. Ce n€™est pas pour autant qu€™il faut prendreàça comme un inconvénientà  l€™insertion professionnelle.

Ne pas abandonner

Il ne faut pas abandonner et se dire que ce n€™est pas parce qu€™une entreprise ne veut pas de toi parce qu€™elle te sent surdiplômé·e qu€™il faut s'arrêterà àça et se dire €œnon j€™avais vraiment envie de travailler là €. Si une entreprise a vraiment envie de travailler avec toi, elle fera le nécessaire et te donner la rémunération que tu mérites. Souvent, on pleure parce que la structure n€™a pas envie de fonctionner avec nous maisà  un moment il faut accepter qu€™elle n'est peut-être pas faite pour nous. C€™est comme dans les relations humaines : tu ne vas pas forcer quelqu€™unà  t'aimer si la personne ne t€™aime pas.

Une porte qui se ferme, une autre qui s'ouvre

Il ne faut pas se décourager, c€™est sà»r que c€™est un parcours du combattant. Ce n€™est pas simple. Il faut partir du principe que quand une porte se ferme, il y en a une autre qui s€™ouvre. Dans les livres de développement personnel, on retrouve souventàça, mais mon parcours me l€™a prouvé.à€ chaque fois que quelqu€™un m€™a dit non pour quelque chose, j€™ai été ailleurs. Je me suis rendue compte que ce que j€™ai perdu, ce n'était rien parce que j€™ai gagné vraiment plus derrià¨re. Tu peuxêtre surdiplômé·e pour quelqu€™un mais bien au contraire avoir les compétences requises pour une autre personne. 

Créer son entreprise pour rentrer, est-ce-une solution ? 

Quand on est confrontéà  la difficulté de ne pas trouver de solution pour s€™insérer, de ne pasêtre payéà  la hauteur de ses compétences ou du manque de créativité dans un emploi salarié, la création d€™entreprise est le moyen de prouver que l'on peut proposer une offre qui est en totale adéquation avec ce qu€™on a envie de montrer sur le territoire. Si vous avez cette fibre entrepreneuriale, évaluez le marché et n€™hésitez pasà  y aller. Mettez en place un certain nombre de pratiques dans la création et la gestion de l€™entreprise pour éviter de vous retrouver en difficulté. Il ne faut pas avoir peur d€™innover. Je vois en Guadeloupe qu€™on a des gens qui ont des idées magnifiques et qui fonctionnent trà¨s bien ! Il ne faut pas avoir peur d€™innover, de sortir de sa zone de confort quand on veut entreprendre, et d€™apporter cette touche qu€™on ne peut exprimer quand on est dans un emploi salarié.

En lisant ton livre, on se dit : €œn€™avait-elle pas envie de repartirà  un moment€ ?

Oui, aprà¨s 2 ans de précarité suiteà  mon retour au pays en Guadeloupe, j€™ai fait des démarches pour partir au Canada. Je n€™avais pas les moyens de payer le visa, je n'ai donc pas pu partir. En même temps,à  ma grande surprise, j€™ai reàçu une acceptation d€™emploi . J'ai eu envie de repartir. Et même aujourd'hui, en ayant écrit le livre, j€™ai encore envie de partir. C'est la 1à¨re fois que je reste autant de temps dans un pays. Mais il y a quelque chose de différent : je me rends compte du potentiel en Guadeloupe. Toutes ces épreuves ont renforcé ma détermination finalement. Si je n'étais pas passée par toutes ces épreuves, je ne serais pas ici aujourd'hui. Je suis passé par des moments qui ne sont pas simples maisàça ne m'empêche pas d'encouragerà  faire ce chemin du retour. Le dépeuplement de la Guadeloupe c€™est une réalité. On ne peut pas concevoir l€™avenir de la Guadeloupe sans les Guadeloupéens. Même s€™il y a des problà¨mes d€™eau, de fracture numérique... On se dit qu€™on doit passer au dessus et apporter sa contributionà  la construction de la Guadeloupe. Avant, je prenais ma valise et je partaisà  chaque difficulté. Aujourd€™hui, j€™ai ma famille en Guadeloupe, j€™ai une attache sur le territoire. J€™encourage ceux qui veulent faire ce chemin du retour au pays en Guadeloupeà  le faire. Le territoire ne peut pas se construire sans nous. Des personnes viendront, mettront leur grains de sel et repartiront. Alors que nous, nous avons cet amour de notre pays. Il faut qu€™on cultiveàça et que l'on arrête de regarder dans les yeux des autres la beauté de notre pays.

Et vous ? Prêts pour un retour au pays en Guadeloupe aprà¨s une expatriation ? Partagez votre avis en commentaire !

Revoir le Caribexpat Live Spécial "Retour au pays en Guadeloupe : comment faire ?" https://www.youtube.com/watch?v=vVC4JwHpxG4&t=2376s Plus d'infos sur les intervenants de ce Caribexpat Live :

  1. Le livre de Nadà¨ge A. SAHA "C'est décidé, je rentre en Guadeloupe ! Et, rien ne l'empêchera !" Crédit photo

  2. Photo de couverture : Instagram @cd6dgwada Rédaction : Candice Hill œ¨

Posts récents

Voir tout

Opmerkingen


bottom of page